• Rubrique : Carte Mondiale Interactive / Carte Française / Le Languedoc-Roussillon / Béziers

    Surplombant l'Orb et le canal du midi, Béziers fut un de mes arrêts lors de ma visite de la région du Languedoc-Roussillon. Il s'agit d'une ville qui détient de bonnes conditions naturelles, ce qui a permit une implantation rapide de l'homme : en effet, proche de la ville, la mer et la montagne sont une défense naturelle; mais la terre ainsi que le climat méditerranéen fort agréable donnent des terres fertiles. J'ai pu lors de cette courte visite voir différents aspects que proposent la ville. Les anciens bâtiments donnent du charme à la ville, tout comme les églises datant de l'époque médiévale. J'ai pu en voir deux mais seule la cathédrale Saint-Nazaire a pu être visitée de l'intérieur la seconde étant fermée. 

     

    1) Historique de la Ville 

    Béziers

    Béziers ne fut pas le seul nom donnée à cette ville. La ville eut de nombreuses appellations et c'est seulement au XVIIe siècle qu'elle prit son nom actuel. Mais qu'on l'appelle Besara, Betarratis, ou encore Beterris, son histoire date du début de notre ère. Ces collines quant-à-elles, ont été formées durant la glaciation c'est à dire lors de l'époque glacière, phase paléoclimatique très froide. Et c'est il y a environ trois millions d'années, au début du Paléolithique, que les hommes sont venus s'installer dans la région. Après avoir vu passer les Grecs, Béziers, citée gauloise devint une colonie romaine à la fin du Ier siècle avant Jésus-Christ en chassant les Celtibères, peuple de la Péninsule Ibérique.

    Jules César comprit très vite que la ville était située sur une position stratégique permettant de surveiller toutes les voies de circulation. Cette implantation romaine est encore visible aujourd'hui avec le pont-canal qui enjambe l'Orb et l'amphithéâtre témoignage de l'importance de la ville lors de la romanisation; je n'ai malheureusement pas eu l'occasion de les voir de près mais j'espère le faire lors de prochaines vacances dans le sud de la France. Par la suite, ce sera au tour des Wisigoths de conquérir la ville au milieu du Ve siècle, pour voir arriver Charles le Martel, grand-père de Charlemagne, aux environs des années 730. En 1209 la croisade des Albigeois arriva aux portes de la ville et le 22 juillet de la même année la ville fut prise. Mais malgré cela Béziers et la cathédrale Saint-Nazaire (que nous verrons par la suite) se remettent sur pied.

    Ce n'est qu'en 1247 que Béziers fut rattachée à la couronne de France, sous Louis IX (1226-1270) dit Saint-Louis, grand roi capétien. Grâce à cela, la paix s'installa et un nouveau mode d'organisation fit son apparition : la cité fut placée sous le contrôle de trois hommes, le vicomte, l'évêque et le roi. Mais malgré cette paix, famines, pestes et révoltes (notamment celle de Montmorency en 1632) sont tout de mêmes présentes.

    C'est d'ailleurs au début des années 1600 que naît un homme bien connu des Bitterois : Pierre-Paul de Riquet issu d'une famille de notables et de commerçants. C'est à lui que l'on doit le projet du Canal du Midi. Sa statue est visible dans les allées de Béziers tel que le montre l'image de droite. Le 16 novembre 1662, il fit la suggestion de ce projet à Colbert, contrôleur général des finances du roi de France Louis XIV de 1665 à 1683. 

    Béziers

     Allées de Béziers - Place où se situe la statue de Pierre-Paul de Riquet

    Béziers

    Place de la Révolution

    Pour pouvoir mettre à terme son projet, il dut investir de l'argent et dut également désobéir à Colbert. Son oeuvre se termina un an après sa mort en 1682. Ce canal permit ainsi la création du port de Sète. 

    Enfin, lors de la Révolution, Béziers se révolta contre le coup d'Etat de Louis-Napoléon Bonaparte, premier président de la République en 1848 et empereur des Français en 1852. On peut d'ailleurs lire sur la Place de la Révolution : ''Sur cette place, le 3 décembre 1851 l'armée tira sur les manifestants républicains, car entraînés par le maire Casimir Peret ils s'opposaient au coup d'Etat de Napoléon III. La répression répondit à ce mouvement : condamnations à mort, déportations en Guyane. Casimir Peret relégué à Cayenne périt en mer au cours d'une tentative d'évasion. Le monument d'Injalbert évoque ce nouveau refus Biterrois d'un pouvoir central autoritaire''.

    Mais la véritable révolution ne fut pas celle qui débuta en 1830 et connu de tout le monde, mais plutôt la naissance du vignoble au XVIIIe siècle qui va entraîner un développement industriel de la ville. Pour ce qui est du XXe siècle, il faut tout de même faire allusion à la naissance d'une illustre personne : Jean Moulin (1899-1943), délégué général du général de Gaulle. 

     

    2) Un édifice d'importance : la cathédrale Saint-Nazaire

    Lorsque l'on arrive côté ouest de la ville de Béziers, nous arrivons devant une magnifique cathédrale médiévale, celle de Saint-Nazaire. Ce monument prendrait place selon les sources sur un ancien temple romain dédié à Auguste premier empereur romain; sur une ancienne église wisigothe du VIe siècle construite par le roi Théodoric Ier (418-451); ainsi que sur l'emplacement de l'ancienne cathédrale romane construite par Maître Gervais et détruite par l'incendie de 1209 lors de la croisade contre les Albigeois lancée par Philippe Auguste, roi de France (1180-1223). Siège épiscopal depuis le VIIIe siècle, la cathédrale Saint-Nazaire est de deux styles : roman et gothique.

    Béziers

     Cathédrale Saint-Nazaire-Vue du clocher

    Béziers

    Cloître de l'évêché

    Béziers

    Nef romane 

    Les travaux pour remplacer l'église romane (XI-XIIe siècles) en église gothique débutèrent en 1247 pour se terminer au XIVe siècle. Seule la nef romane subsistera par manque d'argent ainsi que la crypte découverte en 1857. L'objectif de cette cathédrale était d'en faire un lieu de replis pour la population, un lieu défensif, ce qui est compréhensif vu sa situation géographique. Elle mesurera en longueur presque 49 mètres, contiendra trois nefs dont la largeur globale sera de 16 mètres et la longueur des transepts de 34 mètres. Si on porte assez d'attention aux détails, il est possible de remarquer la présence de tombeaux de deux évêques : celui de Guilhèm Radulphe (1255-1266) et celui de Pierre de Rochefort, évêque de Carcassonne de 1300 à 1322. Cette église est donc composée d'une grande nef romane de la fin du XIe siècle/début XIIe qui rejoint le transept

    gothique, de deux nefs latérales soutenues par des piliers ronds ou carrés, d'un transept détenant une abside et de chapelles du XIVe siècle. De nombreuses colonnes dateraient de l'époque gothique mais certaines d'entres elles ainsi que les chapiteaux dateraient de l'époque romane. La voûte de la nef est composée de six travées et était éclairée à l'origine par des fenêtres étroites percées dans les murs et par de petits occulis ouverts dans le mur ouest. Se situant à l'emplacement du chœur roman, le transept et le nouveau chœur gothiques édifiés entre 1269 et 1330 ont une largeur de 36 mètres. Chacun des bras est composé de 3 travées rectangulaires terminées à l'est par 3 chapelles à chevet plat. Ces chapelles ont de grandes verrières qui peuvent dater du XIVe siècle. Tous les remaniements gothiques s'achèveront sous l'épiscopat de Pierre de Rochefort. C'est d'ailleurs cet évêque qui finança une grande partie des décors de la nouvelle cathédrale ainsi qu'une partie des voûtes.

    Le tombeau de ce dernier, situé dans la chapelle Saint-Pierre datant du XIVe siècle (entre la nef et le croisillon nord), est de type architectural assez rare en France. Un deuxième tombeau se trouve dans la chapelle de Radulph construite en 1259  au flanc sud du transept. Il est composé de 3 étages : le premier étage représente

    Béziers

    Orgue

    Béziers

    Jardin de l'évêché

    une scène funéraire de l'évêque; le second un arabesque de végétaux; et le troisième est à l'effigie du défunt. La rosace sud du transept gothique, dont je n'ai pas de photos correctes, contient les armes de Pierre de Rochefort étant donné que c'est sous son épiscopat que l'église reçue la rosace. Son quadrilobe central représente le Christ en majesté tandis que sur les autres quadrilobes figurent des animaux symbolisant les quatre évangélistes ainsi que les pères de l'Eglise. Les vitraux du chœur (datant du XIII-XIXe siècles) sont au nombre de cinq avec au centre la vie du Christ. Les colonnes de l'abside et du chœur ont reçu 22 statues représentant les apôtres, le christ, la vierge et plusieurs saints.

    Pour terminer avec la vue intérieur de cet édifice, l'orgue est l'un des plus anciens de France datant des XVIIe et XVIIIe siècles. Il est composé de quatre claviers, de quarante jeux et d'un pédalier dit à la française. En dessous du cloître orné de sculptures du XIVe siècle, est situé le jardin de l’Évêché d'où l'on peut voir la plaine de l'Orb. Lors de la visite cela a été une très bonne surprise. Ce petit jardin comme vous pouvez le constater sur la photo jointe ci contre est très bien entretenu.

    Une fois la visite intérieur effectuée, je suis sortie pour voir la vue de la ville de Béziers. Et là encore une merveille m'attendait, celle de la façade de la cathédrale.

    Le portail date du début du XIIe siècle mais a été rénové au XIXe siècle selon les dire de Viollet-le-Duc. Il contient 5 voussures et des colonnettes ornées de chapiteaux. Se trouve également une très belle rosace au dessus de cette porte. La cathédrale prendra par la suite le titre de basilique sous Léon III en 1898.      

    Béziers

                      Plaine de l'Orb

    Béziers

                            Façade Ouest

     

     

    3) Un deuxième édifice religieux : la basilique Saint-Aphrodise

    Lors de ma balade au centre ville, j'ai pu voir un des premiers lieux de culte chrétien de la ville, la basilique Saint Aphrodise qui se situe sur la place du même nom. Elle a été  élevée au IVe siècle sur la tombe de saint Aphrodise qui serait venu d'Egypte pour évangéliser le peuple; il s'agirait d'un martyr, premier évêque de Béziers. 

    D'après ce que j'ai pu lire, cette basilique est composée de trois nefs de cinq travées dont les arcs retombent sur des piliers rectangulaires. Des sarcophages ont été découvert à l'intérieur ce qui démontre bien que les fidèles voulaient se faire enterrer au plus proche du saint. La nef daterait du Xe siècle tandis que la voûte a été ajoutée au XVIIIe siècle. Le chœur, lui, date de la période gothique, aux environs du XIVe siècle, et la crypte de l'époque carolingienne. Au fond de la nef, un sarcophage romain du IIIe siècle prend place avec pour décor une chasse aux lions.

     Béziers

    Saint Aphrodise

     Béziers

     

    Saint Aphrodise

     

    Rubrique : Carte Mondiale Interactive / Carte Française / Le Languedoc-Roussillon / Béziers


    1 commentaire
  • Rubrique : Carte Mondiale Interactive / Carte Française / Le Languedoc-Roussillon / Le Cap d'Agde

    Lorsque je suis allée au Cap d'Agde, c'était plus par curiosité que par envie de visiter cette ville. Que pouvons nous faire au Cap ou dans toute autre ville qui possède peu de choses attrayantes pour les jeunes? Peut être du surf! Encore faut-il savoir en faire... A moins que je me trompe! Autant dire que je n'ai pas grand chose à dire sur cette petite ville où je n'ai passé que quelques heures. Le Cap d'Agde fut donc une de mes découvertes sur la route du sud lorsque j'étais en vacance dans la ville de Sète que nous découvrirons plus tard.

    Le cap d'Agde se trouve donc dans le sud de la France et fait parti de la commune d'Agde située dans le département de l'Hérault et dans la région Languedoc-Roussillon. Nous nous trouvons donc au niveau de l'Hérault et du canal du Midi, deux sources d'eau qui rencontrent la Méditerranée. Ces trois eaux sont d'ailleurs représentées par trois faces d'azur sur champs d'or, soit le sable, sur le blason de la ville dès la fin des années 1690, en 169. En plus de ce blason, la ville possède également un logo où figure un visage, celui de la statue de l'éphèbe d'Agde, retrouvée dans l'Hérault par des archéologues en 1964. 

    Le Cap d'Agde

    La côte méditerranéenne

    Agde se situe au pied d'un des monts d'Auvergne, celui du mont Saint-Loup qui fait parti d'une chaine de volcans. Ce mont a été formé à la suite d'une erruption volcanique il y a près de 750 mille ans et les maisons sont bâties en pierre basaltique d'où le nom de "perle noire de la Méditerranée". Cette caractéristique va entraîner, en 540 avant notre ère, l'arrivée des Grecs de Phocée de Marseille. Ils voulaient faire de cette cité un comptoir de commerce, nommée au point de départ "Bonne Fortune". Puis au IIIe siècle avant Jésus-Christ, d'autres ethnies ne tarderont pas à venir s'installer : les Ibères, les peuples celtes et les Ligures, ces derniers construisant leur colonie sur le site même de l'ancienne ville. Au Ve siècle après Jésus-Christ la ville d'Agde devient un évêché durant treize siècles avec pour évèque saint Vénuste. Lors de ce siècle les Vandales détruiront la ville et en 725 les Sarrasins la prendront.

    Elle sera de nouveau détruite par les ordres de Charles Martel (roi de France - 690/741) qui tente d'asseoir la dynastie carolingienne contre les musulmans. Puis, suite à la croisade des Albigeois (1208-1249), Agde sera annexée à la France.

    Au début du XVIe siècle sera institué le Conseil général constitué de notables de la ville désignés à vie par les consuls. En 1562 les protestants vont s'emparer de la ville mais un an après, la paix d'Ambroise rend la ville aux catholiques. Cette paix met fin à la première guerre de religion débutée en 1562 à la suite du massacre de protestants.

    Le Cap d'Agde

    Le Cap d'Agde

    Au XVIIe siècle, le cardinal de Richelieu (1622-1642) connu aussi sous le nom d'Armand Jean du Plessis à l'idée d'un grand port qui s'appuierait sur le Cap d'Agde. Cette réflexion va prendre forme et les travaux commenceront en 1632. Malheureusement le projet meurt en même temps que le cardinal pour reprendre trois siècles plus tard avec l'aménagement du Cap d'Agde. Comme nous allons le voir lors de la description de Béziers, c'est Jean Paul de Riquet qui fait le projet du Canal du Midi. Ce canal va permettre le trafic maritime ainsi que l'activité commerciale du port d'Agde. En 1675 le Canal du Midi sera mis en service entre Béziers et l'étang de Thau à Sète.

    Enfin, pour terminer avec cette brève histoire de la ville, en 1858 apparait la ligne de chemin de fer Bordeaux-Sète. Ce développement arrive peu de temps après le début du déclin du port d'Agde concurrencé par celui de Sète. Pour ce qui est de son art, Agde détient plusieurs églises, ce qui n'est pas surprenant du haut de ces 13 siècles comme évéché : la cathédrale Saint-Etienne, l'église Saint-André et l'église Saint-Sever.

    Cathédrale romane, Saint-Etienne fut édifiée au IVe siècle et fortifiée en 1173 par l'Evêque Guillaume. Elle détient un donjon d'une hauteur de 35 mètres et dont les murs font entre 2 et 3 mètres d'épaisseur. L'orgue quant-à-lui est d'époque baroque, construit en 1990. L'église Saint-André a été édifiée sur l'emplacement de la première église d'Agde, au Ve siècle tandis que l'église Saint-Sever, église des pêcheurs, construite en 1499 se situe dans le quartier de la marine.

    Le Cap d'Agde

    Le port

    Le Cap d'Agde

    Vue sur le Fort Brescou

    Il faut aussi mentionner le fort Brescou datant du XVIIIe siècle, témoin majeur de la fortification de la côte qui se situe au large du Cap. Ce fort a été construit sur un ancien volcan sous-marin dont la taille est de 5 000 m². C'est à cet endroit que le cardinal de Richelieu voulait faire l'entrée du port, mais il en a été décidé autrement étant donné que les travaux se sont arrêtés après sa mort.

    Il a été construit par le vicomte Guillaume de Joyeuse en 1586 pour en faire un point défensif lors de la guerre des religions. En effet, cette île aurait pu servir de point d'appui aux protestants. Mais la révolte des Montmorency va entraîner sa destruction en 1632 et ce par les ordres du roi. Il sera totalement refait en 1680 et ce apparemment d'après les plans de Sébastien Le Prestre, plus connu sous le nom du marquis de Vauban, ingénieur militaire de grande renommée du XVIIe siècle.  

    Le fort deviendra une prison d'Etat au XVIIIe siècle pour être en suite fermé en 1851. Il contient quatre bastions, deux phares et l'entrée est en forme de demi-lune. Auparavant il était possible de distinguer un ou deux étages avec un chemin de ronde. Des plongeurs ont d'ailleurs découvert l'épave de Brescou, navire de la marine royale du XVIIe siècle. Si vous voulez plus d'informations vous pouvez consulter le site culture.gouv.

    Le Cap d'Agde

    Le Cap d'Agde

     

    Rubrique : Carte Mondiale Interactive / Carte Française / Le Languedoc-Roussillon / Le Cap d'Agde


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique