• Rubrique : Carte Italienne / Rome et le Latium / Ostia antica et Ostia / Ostia Antica

    La légende qui rapporte les faits les plus anciens, parle d'Enée qui vient s'installer à Ostia après avoir fuit l'incendie de Troie aux alentours du XIIe siècle avant J.C.

    Ostia Antica

    Via Ostiense - Nécropole

    Au départ Ostia se trouvait être la première colonie de la ville de Rome, fondée selon la tradition aux alentours du VIIe siècle avant J.C (entre 646 et 616) par le quatrième roi de Rome Ancus Martius soit peu de temps après Rémus et Romulus. Nous disons bien ici selon la tradition car les sources archéologiques ne remontent qu'en 300 avant J.C. avec le castrum d'Ostia. La ville se trouvait à proximité du fleuve du Tibre d'où son nom latin Ostium qui signifie "embouchure", et devint donc par sa position géographique un port fluvial vers le IVe siècle avant J.C et port actif jusqu'en 42 ap. C'est surtout lors de la seconde guerre punique au IIIe siècle avant J.C. que le port d'Ostia montre de son importance avec des convois d'armements et de céréales.

    La ville d'Ostia sera saccagée par la suite lors des guerres civiles du début du Ier siècle avant J.C. par Marius car la ville avait pris le parti de Sylla. En effet, ce sénateur débarqua dans la ville avec une flotte de 40 navires pour piller et tuer une bonne partie de la ville. Mais cela ne l'a pas empêché de se développer pour arriver à une surface de 70 hectares ! Et oui les riches citoyens ont commencé a édifier leurs maisons en important des matériaux nobles tels que le marbre de Numidie ou le granite d'Egypte. Les aménagements d'Ostia commencèrent sous Claude (vers 40-50) mais l'inauguration du port se fera par Néron au milieu du Ier siècle suite à différentes constructions urbaines : le théâtre, le forum, l’aqueduc... Plusieurs siècles après sa construction, à l'époque d'Hadrien, début du IIe siècle, le port comptait plus de 50 000 habitants (aussi bien des marins, que des marchands ou des artisans) et se trouvait dès lors à son apogée. Malheureusement l'ensablement de la ville d'Ostia, le déclin de la ville au détriment de celle de Portus au IVe siècle ainsi que la malaria obligèrent les habitants à partir. C'est également à cette époque que la ville occupe une place au christianisme en devenant un lieu de pèlerinage. Une fois que Constantinople devient la capitale de l'Empire, s'en ait presque terminée mais Ostia ne déclinera réellement qu'à partir du Ve siècle.

    Ostia Antica

    Via Ostiense - Nécropole

    Aujourd'hui le port antique d'Ostia se situe à près de cinq kilomètres du Tibre et se trouve un des sites antiques romains les mieux conservés... avec de nombreuses mosaïques, des habitations, un amphithéâtre... etc. Ce port était très important pour les romains car outre le fait que le blé était déchargé ici et conservé, il y avait également tous les animaux du cirque en provenance d'Afrique ou d'Asie, le vin, l'huile et le marbre. Vous comprenez peut-être mieux maintenant les raisons qui nous poussent à se rendre sur ce site.

     

    LA NECROPOLE D'OSTIA ANTICA

    Lorsque vous arrivez à l'intérieur même du site vous tombez tout de suite sur la nécropole (signifiant ville des morts) d'Ostia qui se trouvait bien évidemment à l'extérieur de la ville pour une question d'hygiène. Vous avez différentes tombes : les sarcophages portant des inscriptions grecques et les urnes comme vous pouvez le constater avec les photos ci-dessus et dessous. La ballade commence déjà très bien avec ces quelques ruines, cette nature à portée de main qui nous manque tellement lorsque l'on habite la ville de Rome ou tout autre capitale! 

    Ostia Antica 

    Via Ostiense - Nécropole

     Ostia Antica

    Via dei Sepolcri - Tombe des Archets

     

    LA PORTA ROMANA

    Une fois passé les sépultures, vous tombez nez-à-nez avec l'ancienne porte de la ville. Vous allez entrer dans la ville et cela se voit dès le premier coup d’œil avec une énorme inscription et la Porta Romana. Il s'agit de la "Mura Repubblicane e Porte urbane".

    Ostia Antica

    Porte Romaine

    A l'époque républicaine (de 509 à 31 avant J.C.) la ville était entourée de murailles dites "sillane" car attribuées à Sylla (82-80 avant J.C), à la fin de la guerre civile. Elles protégeaient la citée  sur le côté terrestre. Le "castrum" était composé de tuf, et il s'agissait de la première citadelle fortifiée construite à but défensif (IV siècle avant J.C). Trois portes majeures s'ouvraient le long de ces murailles, aujourd'hui dites Romaine, Laurentina et Marine, pour indiquer respectivement la sortie sur la Via Ostiense vers Rome, sur la rue en direction de Laurentum vers le sud et la dernière donnant sur la mer. La Porta Romana est la plus représentative car c'est elle qui donnait l'image de la ville pour ceux qui venaient ou se dirigeaient à Rome. Elle était constituée originairement, d'une entrée divisée en deux et protégée par des tours carrées. Le niveau original, encore visible, était plus bas qu'aujourd'hui.

    La porte fut dotée au Ier siècle d'une décoration en marbre et assumait le caractère d'un passage monumentale, surmontée de deux inscriptions assumant le caractère historique de la citée. Une récente proposition porte sur l'hypothèse d'une datation plus basse, près d'une vingtaine d'année de l'enceinte de la ville, finalement attribuée à Sylla. Une fois la Porte dépassée, vous tombez sur des bases de statues qui étaient dédiées à la santé de l'Empereur. Vous arrivez donc sur la Via Ostiense telle qu'elle était à l'époque romaine avec ces énormes pierres assez impressionnantes en guise de pavés. 

     

    LES THERMES DE CISIARII

    C'est à cet endroit que se trouvent les thermes de Cisiarii ainsi que quelques belles mosaïques qui précèdent les portiques (Télécharger Portiques)! En effet, ces arcades construites à l'époque impériale, étaient très importantes car elles offraient une protection contre les intempéries et abritaient les activités commerciales. Sur le decumanus se trouve un long passage couvert obtenu par la succession des arcades dites "Tetto Spiovente" et de "Nettuno". Celles-ci rejoignent le théâtre par l'arcade des "Archi Trionfali". Vers la Porte Marine, le decumanus était ombragé par le portique de la "Fontaine à Luverne". Le portique Tetto Spiovente date de l'époque d'Hadrien entre 117 et 138. Le second complexe, celui de Nettuno est édifié à la même époque. Au fond se trouvait un nombre incalculable de boutiques. D'aspect monumentale, elles étaient constituées de briques et de pilastres, de chapiteaux en travertin conservés en partie. Mais on imagine tout ce qu'il peut y avoir derrière ces hauts murs... Derrière, se situaient les Thermes de Neptune.

    Ostia Antica

    Les Portiques

     

    LES THERMES DE NEPTUNE

    Construites à l'initiative du gouvernement centrale pour lier les activités commerciales des ateliers sur le decumanum et la construction de logements locatifs qui s'articulaient sur le côté méridional et occidental avec des escaliers indépendants pour l'accès des appartements. Ces thermes ont été construites sous Domitien mais ont été refaites sous Hadrien. Elles sont faites de décoration en marbre. Elles ont été incendiées sous Marc-Aurèle et de nouveau restaurées. Elles sont connues notamment pour ces mosaïques richement décorées en noir et blanc que je n'ai pu voir car elles étaient bâchées.

    Ostia Antica

    Thermes de Neptune

    Ces thermes constituent un exemple typiquement thermale, qui s'intègre dans les bâtiments et la viabilité urbaine. L'entrée principale, plus antique, s'ouvrait sur la via dei Vigili. Elle était flanquée d'un cabinet et se situait dans la grande salle détenant la mosaïque de Neptune. De chaque côté se disposaient les vestiaires. Au nord on accédait aux salles-de-bain, où se succédaient un frigidarium pour les bains froids, deux tepidaria et deux calidaria. Le côté ouest, quant-à-lui était occupé par un gymnase. Par le decumanum, tous pouvaient accéder aux espaces et aux services en commun, comprimés dans la latrine, lieu à l'extrémité est du gymnase. L'eau était fournie par un aqueduc et conservée dans une citerne. Les thermes de Neptune, grandioses par l'installation, faisaient parties d'une vingtaine d'édifices thermales. L'usage des thermes consentait d’acquitter aux plus élémentaires normes d’hygiène, facilitant l'accès aux
    prestations medico-curative et faisaient les relations sociales. Les mosaïques ainsi que l'intérieur architecturale ont subit au cours des siècles de grands changements du au climat, au temps mais aussi à l'homme. A la fin de l'antiquité, le fait d'utiliser souvent ces thermes ont entraîné une manutention plus présente dans le but de rétablir l'intégrité et la fonctionnalité des souterrains, avec un intérêt particulier pour les mosaïques, dans laquelle l'iconographie originale était modifiée radicalement. La vision de la terrasse, qui montre l'hauteur de l'antique premier étage montre l'homogénéité de la décoration des thermes. L'aile Est est occupée par la salle thermale à laquelle se succèdent des milieux froids et chauds, dotés de vasques, de marbres et de mosaïques. L'aile ouest était faite pour les exercices gymnastiques. Les mosaïques utilisaient 

    Ostia Antica

    Mosaïques des Thermes de Neptune

    la bichromie diffusée au IId siècle ap. J.C. Les représentations sont surtout faites du thème marin dans lequel s'insère les aspects du mythe de la nature. Se trouve également la grandiose salle avec la mosaïque de Neptune, qui a donné le nom à l'édifice, représentant le dieu sur son quadrige d’hippocampes entouré de son cortège d'érotiques sur des dauphins et des animaux marins. Étroitement uni à cette mosaïque se trouve dans la salle voisine la mosaïque d'Amphitrite, l'une de ses femmes qui se dirige vers lui sur un hippocampe, précédé par Imene et son flambeau nuptial. Une dernière représentation montre Scilla en monstre marin en train de donner un coup de rame entre les Neréides et les Tritons. Ces mosaïques attestent la qualité retrouvée des trente premières années du IId siècle, malheureusement pour moi je n'ai pu les observer car elles étaient soient recouvertes d'une bâche, soit trop loin.

     

    L'AQUEDUC

    Ostia Antica

    Le puits

    Entre la fin du IVe et le Ier siècle, l'eau potable était fournie par les précipitations atmosphériques et les eaux souterraines qui se rejoignaient à un point centrale. A l'époque de Jules-Claude, la ville fut dotée d'un aqueduc (Télécharger aqueduc) qui rejoignait une grande partie de l'eau sous le gymnase des Thermes de Neptune et alimentait les premières thermes publiques de la ville (sous la via dei Vigili). Mais une intervention importante se doit à Vespasien avec un nouvel aqueduc qui versait l'eau dans une grande citerne adossée au mur "sillane", rendant possible l'augmentation des nouveaux et plus importants édifices thermales. L'eau pouvait donc être distribuée en divers lieux à travers un système de citerne et de tubes en plomb : sous le decumanum à quelques mètres de l'intersection avec la via dei Vigili, se conservent des tuyaux en plomb. L'aqueduc suffisait pour combler les exigences des habitants d'Ostie, en approvisionnant les fontaines, les

    thermes, les édifices publics... Cet aqueduc resta utilisé jusqu'au IVe siècle et était encore fonctionnel au Ve siècle. Au siècle suivant la pourriture et le manque d'entretien entraînèrent la construction des puits qui occupèrent les rues autrefois fréquentées, attestant donc, avec leur présence, de la diminution du trafic urbain.

     

    LES VESTIGES DES VIGILI

    Si vous vous enfoncez un peu en prenant la via dei Vigili, vous tomberez nez-à-nez d'une part sur d'autres thermes, celles des Provinces et d'autres part sur les casernes dei Vigili. Enfoncez-vous autant que vous pouvez pour vous rendre compte de ces imposants murs, et tentez de jalonner toutes les rues, les unes après les unes, comme le faisaient nos incroyables romains!

    Sous le niveau de l'époque d'Hadrien, a été mis à jour une mosaïque faisant partie d'un édifice thermale de l'époque de Claude (54-68 après J.C). Se construit par la suite l'aqueduc qui alimentait la ville. Le thème décoratif des mosaïques visibles de la route rappelait la fonction commerciale et internationale d'Ostia. Une fasse à méandre encadrée d'une série de carrés remplis de motifs géométriques et d'armes qui encerclent un panneau centrale avec des dauphins et les représentations des 4 provinces symbolisées par les personnages féminins : Espagne et Sicile au Nord; Egypte et Afrique au Sud.

    Cette voie vous amène directement à la caserne des Vigiles qui fut inaugurée en 137, sous Hadrien. Cet édifice était assez massif et ne contenait que très peu de fenêtres. Entrez et imaginez ce que pouvait être ce grandiose monument... après quelques minutes 

    Ostia Antica

    Via dei Vigili et Thermes

    Ostia Antica

    Casernes des vigiles

    dirigez vous sur l'écriteau qui redonne vie au bâtiment. Et bien c'est assez impressionnant! 

    La sévérité de l'ensemble était accentuée par l'absence de boutiques et la fermeture des portes à l'exception de celle donnant sur la Via della Palestra. L'intérieur s'articulait autour d'un portique pavé et de deux grandes fontaines qui servaient aux ablutions. Sur la cour, destinée aux exercices militaires se trouvaient une série de salles faites de bois et à usage d'appartements ou de dépôts d'armes. Une salle pavée de mosaïques à l'est, vers la porte principale fait penser à l'existence d'un lieu pour des représentations. Sur les quatre côtés se disposaient des escaliers qui accédaient à l'étage supérieur. Cela permettait aux troupes d'effectuer des mouvements ordonnés.

    A l'est se situait une salle où se trouvait un petit autel surélevé destiné à la Fortune. A l'ouest, vers la cours une salle dédiée au culte de l'empereur, avec deux colonnes et des mosaïques représentant le sacrifice d'un taureau. Sur le podium, des autels étaient dédiés aux empereurs, auquel le corps des vigiles était particulièrement fidèle. A l'extérieur, sur le côté donnant accès à la Via dei Vigili, s'ouvraient à l'époque de Sévère, trois tavernes pour les soldats, avec des mosaïques faisant bien sûr allusion aux boissons.Après la construction du port de Claude et le développement d'Ostia, une institution de service de vigiles était devenu nécessaire pour la sécurité de la ville. La première caserne fut donc faite sous Domitien (81-96) à proximité du Tevere, Hadrien (117-138) édifia la sienne. La compagnie des vigiles, composée de près de 400 hommes, était présente pour la prévention et l'extinction des incendies (la tombe dite Pretoriano dans la nécropole de la via Ostiense, rappel la mort d'un vigile dans l'exercice de ses fonctions). Ils utilisaient un équipement similaire à celui d'aujourd'hui aussi bien pour les démolitions que pour l'extinction des flammes. Les incendies étaient causés par les illuminations des routes ou des édifices avec les balcons et les surélévations en bois. Durant l'Empire une loi fut même rédigée spécifiant la distance à respecter entre les édifices et les lieux des fontaines aussi bien que l'usage de matériels de constructions non enflamable.Ci-dessous, vous avez la représentation de la caserne dans son état actuel. Et la seconde image reproduit la caserne à l'époque romaine. Regardez bien ces deux images et vous pourrez retrouver l'emplacement du fronton, des piliers... etc. La deuxième image montre d'ailleurs les vestiges.

    Ostia Antica 

     Ostia Antica

     

    LE THEÂTRE ROMAIN

    Par la suite, vous prendrez sûrement la via delle Corporazione pour vous dirigerez au théâtre romain qui est incroyablement bien conservé! Arrivé au théâtre romain vous pouvez également passer sur la gauche pour aller dans la brousse... car certaines ruines s'y trouvent. 

    Ostia Antica

    Ce théâtre qui se situe sur le décumanum, est encore dans toute sa splendeur antique malgré les remaniements contemporains. Il fut construit par l'architecte en chef d'Auguste, Agrippa (le même qui a construit le Panthéon initial de Rome). Il s'agissait un peu de sa contribution à l'embellissement de la ville d'Ostia. Il pouvait contenir près de 3 000 personnes mais au fil du temps il fut agrandi pour en contenir 4 000. Il faut imaginer ce monument recouvert de marbre comme presque tous les édifices romains. Ce théâtre est un endroit très agréable pour faire une pause déjeuner, reprendre des forces avant de reparcourir le site pour voir tout le reste de la ville, soit encore les 2/3... En demi-cercle et rénové, on peut tout à fait s'imaginer les représentations théâtrales (composées que d'hommes) qui avaient lieu ici...

    Lorsque vous reprenez votre route, vous pouvez vous diriger de nouveau sur la gauche pour visiter le fullonica (c'est-à-dire la foulerie) qui contient certaines mosaïques et le sanctuaire des serpents et du très heureux (felicissimo). En continuant tout droit vous arriverez à la Domus della Fortuna Annonaria (Ravitaillement). Cette villa datant du IIIe-IVe siècle, fut richement adaptée par la villa datant du IIe siècle. L'entrée était à portique et s'introduisait à la cour qui détenait des colonnades. C'est ici que se conservait la statue de la Chance de Ravitaillement. La salle occidentale était composée d'un front à trois arcades; à gauche se situait la nymphéa; le fond de l'abside était composé d'une niche, et l'est était richement décoré. Gardez tout cela en mémoire car une fois sur le site, ce genre de détails qui permets de visualiser l'ensemble ne se voient guère, voire pas du tout... 

    Ostia Antica

    Vue depuis le Théâtre

    Ostia Antica

    Sanctuaire des Serpents

     Ostia Antica

    Domus della Fortuna

    Annonaria

     Ostia Antica

    Domus della Fortuna

    Annonaria

     

    THERMES DEL FORO

    Puis vous arrivez aux thermes del Foro. Que pouvons-nous dire de plus sur ces thermes! L'emploi était le même que pour les autres et elles étaient bien-sûr richement décorée. Une fois tout ce côté vue, vous pouvez de nouveau vous redirigez sur la voie principale en ayant en vue le Capitolium pour effectuer à présent la partie de droite... soit le Thermopolium della via de Diana. Il s'agit de la taverne la plus célèbre de la ville d'Ostia. Et oui les romains savaient déjà boire à cette époque... où plutôt à cette époque ils buvaient car aujourd'hui... Ce thermopolium se trouvait être également un espace de vente destiné à la nourriture chaude et aux boissons, tout en étant en position centrale près du Foro et du Capitolium. Au centre était conservée la nourriture avec des étagères et des bassins pour y laver la vaisselle. A droite vous aviez la cuisine avec une grande jarre de terre cuite et un petit four emmuré. 

    Ostia Antica

    Therme del Foro

    Au fond, une arrière cour avec une fontaine et un banc permettait aux clients de rester en plein air durant la belle-saison, quelle bonne idée!! Juste après se situe la maison de Diana, exemple de bâtiment construit au IIe siècle lorsque les espaces centraux étaient encore insuffisants. Elle avait au moins trois étages avec les pièces disposées autour d'une cour et une fontaine centrale. Les escaliers indépendants conduisaient aux étages supérieurs, modestement finis et destinés normalement dans ces immeubles aux employés, ouvriers et travailleurs du port. A la fin du IIe siècle, deux salles au fond à droite furent transformées en mithraeum (sanctuaire dédié au dieu Mithra) avec une niche décorée de fragments de ponce pour simuler la grotte où naquit le dieu Mithra.

    Ostia Antica

     Ostia Antica

     Ostia Antica

      

    LES MOULINS DE SILVANO

    Lorsque vous longez tous ces murs, honnêtement, vous ne savez pas vraiment ce qui est représenté et où vous êtes. Heureusement que les panneaux indicateurs sont là... car maintenant nous arrivons devant des moulins, les moulins de Silvano. Puis sur le Musée que je n'ai pas fait, donc je ne peux pas vous dire s'il vaut le coup ou non! Mais il est vrai qu'avec tout ce qu'il y a à voir comme ruines ici, le Musée ne m'a pas manqué du tout... En contre-bas de ce musée vous avez deux types "d'immeubles". Celui des Peintres puis celui des Doli dont les rues vous dirigent à la via dei Diponti et sur le Portique de Pio IX et son petit marché... Vous vous trouvez ici sur le Cardo Maximus, qui vous emmène tout droit sur la place la plus importante de la ville, que l'on nomme ici ou ailleurs le forum.

    Ostia Antica

    Moulin de Silvano

    Ostia Antica 

    Via dei Diponti

     Ostia Antica

    Petit Marché

      

    LE FORUM

    Ostia Antica

    Nous voilà donc de retour sur le Forum, composé du Capitole, de la Curie, de la basilique, et du temple circulaire des Lares. Cette place centrale tient une place importante dans la vie des romains car il s'agit du centre politique de toute la cité. Ce forum n'a pas été construit au même moment que la ville mais bien plus tard sous Hadrien. En effet, pendant la période Républicaine la place était constituée de deux temples. Edifié sous Hadrien, le Capitole se trouve être le temple principal de la ville d'Ostia. En règle général, comme c'est le cas à Rome, le temple se situant sur le Capitole est dédié à la triade capitoline soit Jupiter accompagné de deux déesses, Junon et Minerve. La Curie, quant-à-elle servait de lieu de rassemblement au sénat; il s'agissait donc d'une sorte de salle de réunion, qui fut construit sous Domitien ou bien sous Trajan. 
    Mais avant de continuer, il faut tout de même éclaircir un point. La basilique n'était pas comme aujourd'hui à destination religieuse, mais plutôt à destination politique, commerciale et judiciare. Elle était de forme rectangulaire entourée de plusieurs colonnes et s'ouvrait directement sur le forum. Sur cette place se présentait un temple circulaire qui de par sa taille était le plus important de la ville, composé de sept niches contenant des statues. Certaines représentations de figures impériales furent découvertes, ce qui laisse à supposer un culte dévoué aux empereurs. Pour ma part cela ne m'étonnerait pas, car les cultes aux empereurs se faisaient à Rome, sur le Forum... le premier empereur à être divinisé fut César! Alors imaginez ici tout ces monuments en état d'origine... à couper le souffle!

    Ostia Antica

     Vue sur le Capitole

     

    LES THERMES DE BUTICOSIS

    Ostia Antica

    Therme de Buticosis

    A partir de là, nous pouvons dire que la partie la plus importante (pour moi) est faite. En effet, par la suite vous allez retrouver de nouveau des maisons et des thermes notemment celle de Buticosis avec une mosaïque vraiment splendide, celle de Mithra datant d'Hadrien et décorée de bustes, celle des Sept Sages qui est composée de fresques. Comme vous pouvez le constater, la ville d'Ostia dénombraient plusieurs thermes. Elles étaient toutes richement décorées que ce soit de marbre, de sculptures, ou de mosaïques. Une séparation entre les hommes et les femmes devaient néanmoins être respectée. Certaines étaient publiques et d'autres privées mais il est encore impossible d'en donner leur destination. 

     

    ET FINALEMENT...

    Une fois que vous aurez vu tout cela, il ne vous restera plus que le côté des maisons romaines avec celles des Jardins, et se en passant par le Cardo degli aurighi. Avec l'importance de la ville et du port d'Ostia, les romains viennent s'installer dans la ville. Mais le manque de place et le terrain devenant de plus en plus coûteux, la construction des insulae, soit les maisons à plusieurs étages commencent à se développer, tel que c'est le cas pour la maison de Diane que nous avons vu un peu plus haut. La population pauvre habitait au-dessus des magasins ou dans les parties supérieures (soit le contraire d'aujourd'hui). Vous aviez donc ce type d'immeuble pour les moins riches et les pauvres puis les Domus pour les familles riches, telle que la Domus des amours, faite d'un seul étage.

    Ostia Antica

    Cardo degli aurighi

     Ostia Antica

    Domus di amore e psiche

     Ostia Antica

    Maisons des Jardins

    Le reste de la visite peut se faire sans moi. J'espère ne pas vous avoir trop ennuyé avec l'histoire de cette ville, mais cela me tenait à cœur d'expliquer un peu toutes les ruines car c'est vraiment impressionnant de constater à quel point l'archéologie peut faire des merveilles...

     

    Rubrique Carte Italienne / Rome et le Latium / Ostia antica et Ostia / Ostia Antica 


    2 commentaires
  • Rubrique Carte Mondiale Interactive / Carte Italienne Rome et le Latium / Frascati

    Petite ville située à une trentaine de kilomètres au sud-ouest de Rome, Frascati est très appréciée par les italiens et tout particulièrement pour la fraîcheur estivale et le vin qu'elle fabrique ! Son nom serait lié à la fraîcheur de son eau mais dériverait aussi selon une hypothèse, de frasca qui signifie rameau ou de frascata. Ce dernier mot ne contient pas de traduction française mais proviendrait soit du droit qu'avait les habitants de couper le bois dans la forêt soit de l'abondance des arbres présents dans cet environnement.

    Frascati

    Piazza San Rocco 

    Il n'est pas très difficile de s'y rendre ni même très long. Elle fait partie des Castelli Romani. Pour cela il vous suffit de prendre le train à la station de Termini. Vous avez plusieurs trains qui se rendent à Frascati. De plus, ils ne coûtent pas chers avec seulement 1,90€ l'aller. Si vous avez besoin de consulter les horaires, rendez-vous sur le site de Trenitalia. Sinon prenez le BIRG à 4,50€ pour la journée et cette zone si mes souvenirs sont bons.

    En tous les cas, si vous n'avez pas le temps d'aller vous y promener, je vous rassure tout de suite, vous ne perdez pas grand chose à mon humble avis... Malgré le fait que ce soit une petite ville agréable, vous pouvez la manquer ou en préférer une autre...

    Cette ville existait déjà à l'époque de Lucullus, général romain qui détenait sa villa en ces lieux. En effet, la ville ou plutôt les "Castelli Romani" étaient le centre fortifié des familles nobles romaines. Tout cela a été démontré par l'archéologie qui a pu prouver la présence de la grande villa de Lucullus, ce qui confirme la thèse de l'occupation de ce site au IIe siècle avant Jésus-Christ. Certes non pas comme un centre concentré mais plus avec quelques des maisons de serviteurs.

    A l'époque romaine Frascati était un faubourg de la ville de Tusculumtandis qu'aujourd'hui les deux villes sont séparées de quelques kilomètres. Frascati détenait des villas d'importants hommes romains comme celle de Domitien, empereur romain du Ier siècle, mais également de papes comme celle de Pie II. Au fil du temps, Frascati s'est développée pour atteindre la grandeur d'un village. Une fois que la ville de Tusculum fut détruite en 1191, les habitants n'avaient plus qu'un seul endroit où aller : Frascati le nouveau village. Mais la ville servait aussi à cacher les réfugiés protégés des papes. Au XVIe siècle Frascati devient un lieu de villégiature pour les grandes familles de Rome comme les Farnèse ou les Colonna qui font parties de grandes familles papales. A la chute de l'empire romain, les villas romaines sont progressivement abandonnées et subissent le sac des barbares du Ve siècle.   

    Frascati

     

    Piazza del Mercato

    Frascati

    Via Vittorio Veneto

    Puis à la période médiévale quelques sources historiques réapparaissent sous le Pape Leon IV. Dans une des lettres, le pape fait donation des trois églises de Frascati : San Sabastiano, Santa Maria et San Vincenzo. Au milieu des années 1400, Pie II consolida les murs de la ville reconnaissant la valeur stratégique du lieusi proche de Rome et en mesure de joindre l'entrée sud. Au XVe siècle, le seigneur de Frascati, le cardinal William Estoutevilled fit d'importants travaux organisation de la structure routièrereconstruction de la forteresse, et construction d'un aqueduc.

    La période la plus exceptionnelle pour Frascati se trouve entre les fins des XVIIe et XVIe : magnifiques maisons résidentielles des papes, des cardinaux et des membres éminents de la noblesse romaine. De nombreux artistes ont travaillé ici comme : 

    Della PortaFontanaBorromini et bien d'autres, ce qui rend Frascati un lieu favori des anciens de la ville mais également le lieu préféré des romains qui cherchaient un endroit silencieux et qui voulaient ne plus se préoccuper des soucis du gouvernement de Rome. Tout s'est arrêté quand Urbain VIIIa choisi comme résidence d'été la villa de Castel Gandolfo. En effet, le déplacement du centre politique religieux de Frascati à Castel Gandolfo a pour conséquence l'abandon progressif des villas et donc du déclin de la ville.

    La ville, s'est tout de même agrandie par la volonté d'Innocent X, qui a incorporé le nouveau quartier construit à côté et en amont de la nouvelle cathédrale de Saint-Pierre. Au cours du XVIIIe siècle, Frascati est devenue l'une des destinations préférées des britanniques, des français et des allemands, à la recherche d'émotions que peuvent donner les ruines romaines (les ruines de Tusculum et les demeures présentant des trésors d'art). Dans les carnets de voyage de Montesquieu, Stendhal et Goethe, Frascati est souvent mentionnée. En effet, la ville réveillait les voyageurs du "Grand Tour", sensation à la base du romantisme. Avec la domination française, la ville est devenue une partie de l'Empire de Napoléon qui y résida à plusieurs reprises. Enfin, la ville joua un rôle lors de la seconde Guerre Mondiale en abritant le quartier général allemand.

    Frascati

    Un Petit Jardin Public

    Lorsque l'on arrive par le train, nous nous situons tout en bas de la ville. Il faut donc grimper un peu pour sentir la fraicheur nous surprendre. Nous arrivons sur la place Guglielmo Marconi avec une vue sur la villa Aldobrandini connue aussi sous le nom de villa Belvédère. Cette villa est le centre d'intérêt des visiteurs car c'est la seule ouverte au public parmis toutes les villas encore présentes (LancellottiFalconieriMondragone et Tuscolana). Cela est assez surprenant car elle appartient tout de même à un prince ! Cette villa est composée d'un grand parc contenant des terrasses, des grottes, des statues et des fontaines. Malheureusement je n'ai pu la visiter... Elle détient semble-t-il de très belles cascades. Goethe y aurait séjourné et y serait mort. Mais si vous ne voulez pas visiter cette villa, longez tout de même la via Vittorio Veneto; vous pourrez alors accéder à une partie de la forêt qui l'entoure et qui lui appartient. Ce parc dont vous trouverez l'entrée sur la gauche de la rue mentionnée précédemment vous emmène à une cascade faite d'une succession de chutes d'eau. 

    Frascati

    Villa Aldobrandini

     Frascati

    La Cascade vue d'en bas

     Frascati

    La Cascade vue d'en haut 

     

    Frascati

    Cathédrale de San Pietro Apostolo

    Si vous continuez en direction de la ville depuis la place Guglielmo Marconi, vous tomberez sur la place principale, celle de San Pietro où se trouve la cathédrale de San Pietro Apostolo datée du XVIe siècle. La couleur de l'église est assez surprenante. Elle fut construite en 1598 selon la volonté du cardinal Tolomeo Gallio durant le pontificat de Clément VIII. Elle fut ouverte au culte en 1610. En 1636 elle était terminée et sur la fin du siècle on lui fit cette grande façade spectaculaire inaugurée en 1700 sur le projet de Girolamo Fontana (1697-1700). Elle est divisée en deux ordres et ornées de niches contenant des statues. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle que les cardinaux doteront la cathédrale d’œuvres d'art et de mobiliers sacrés. De ce siècle il faut surtout se souvenir d'Enrico Stuart duc d'York et évêque de Frascati de 1761 à 1803. 

     Frascati

     Cathédrale de San Pietro Apostolo

    Puis la cathédrale subit d'autres modifications internes avec l'épiscopat (1837-1844) du cardinal Ludovico Micara. Le campanile fut édifié sur les baies latérales. A l'intérieur vous trouverez une table datant du XIVe siècle représentant la "Madonna del Gonfalone", un crucifix du début du XIIe siècle faite par Pompeo Ferrucci. Malgré toutes ces œuvres, je n'ai pas trouvé l'intérieur impressionnante, somptueuse ou même très belle. Sur cette même place de San Pietro, se trouve une fontaine également faite par Girolamo Fontana, datée de 1709.

    Frascati

    Piazza di San Pietro - Vue sur la fontaine

    Se trouve également beaucoup d'autres églises dans cette petite ville de Frascati. Tout d'abord l'église baroque del Gesù du XVIIe siècle de Pietro da Cortona. A l'intérieur, faite d'une seule nef et d'une seule chapelle de chaque côté, se trouve une petite coupole avec un effet de perspective. Elle présente aussi des fresques d'Andrea del Pozzo. Puis l'église de San Francesco, appelée aussi Cappuccini, datée du XVIe siècle. Elle se situe près de la villa Tuscolana. Enfin, la plus ancienne église, celle de Santa Maria in Vivario dite "San Rocco", édifiée sur les ruines du vivarium d'une villa romaine d'époque républicaine. J'ai trouvé qu'il s'agissait de la plus belle car ancienne, simple et sans aucune prétention. L'intérieur n'est pas riche et non rénové comme la plupart des autres églises où l'on voit que tout a été refait. Sa façade et son campanile sont du XVIIe siècle et elle est constituée de trois nefs avec des colonnes en pierre et des chapiteaux de marbre. Vous pourrez admirer également quelques sarcophages, des vestiges romains ainsi qu'une belle fresque. 

    Frascati

    Chiesa di San Maria in Vivario

     Frascati

    Chiesa di San Maria in Vivario 

     Frascati

    Chiesa di San Maria in Vivario 

    Après avoir vu tout cela, il ne vous reste plus qu'à vous promener dans les rues et profiter de la fraîcheur du pays, avant de retourner dans le bruit de Rome... Mais pour en profiter un maximum, vous ne pouvez pas ne pas goûter à son fameux vin blanc, le frascati Doc ! D'ailleurs, vous avez un lieu ou vous pouvez boire ce fameux vin tout en mangeant votre propre pic-nique! Malheureusement, je ne me souviens plus de l'adresse, mais peut être que la photo suivante vous aidera à retrouver cet emplacement.

    Frascati

    Lorsque vous vous trouvez dans la région du Lazio, vous êtes dans une partie de l'Italie, où il n'est pas difficile de produire différents vins. En effet, les terres volcaniques ainsi que les lacs, des zones de collines ou de plaines permettent de donner différentes typologies de vin. Les meilleurs vins du Lazio seraient ceux produits au sein des Castelli Romani, de la production de Cesanese, près de Frosinone. Frascati base d'ailleurs son économie sur son vin, car il s'agit du plus renommé de la région. Par contre ne goûtez pas le vin Fontana qui n'est pas vraiment bon...

    Pour ce qui est d'un bon resto, en voici un pas trop mal. Il s'agit du "Pane et Tulipani degustation" qui se situe sur la via Mentana, ouvert de 10h30 à 00h00 mais fermé le lundi. Et le numéro au cas où : 0033 346 8014064.

    Il s'agit d'une ville vraiment agréable lorsque l'on ne veut pas se presser, et éviter les touristes au sein des villes et monuments incontournables de Rome et ses alentours... Pour en profiter en couple, entre amis ou même en famille .

     

    Rubrique Carte Mondiale Interactive / Carte Italienne Rome et le Latium / Frascati


    votre commentaire
  • Rubrique Carte Mondiale Interactive /  Carte Italienne / Rome et le Latium / Ostia antica et Ostia

    Si vous venez à Rome pour plusieurs jours et que vous êtes de bons marcheurs je pense que vous pouvez faire la majeure partie de la capitale italienne en 3 jours (ne prenant pas en compte les Musées sauf ceux du Vatican). Je vous conseille donc d'aller voir un peu plus loin, pour profiter de "vraies ruines romaines" et plus que ça, le plus important port antique du monde romain... Ostia Antica. Il s'agit là de découvrir comment vivait les romains dans la cité d'Ostia!!! Ces ruines vous donnerons beaucoup plus d'imagination que le Forum Romain de Rome. Vous pourrez également faire une petite halte dans la ville d'Ostia.

    Pour vous rendre à Ostia Antica, rien de plus simple. Il vous faut seulement un ticket de métro qui ne coûte que 1€, prendre le métro B direction Laurentina jusqu'à l'arrêt Pyramide et ensuite le train direction Ostia. Ce train se trouve dans la même station que l'arrêt Pyramide et se nomme le Lido. Ce train passe presque toutes les 30 minutes. Une fois arrivé à la station Ostia Antica, il ne reste plus qu'à traverser le pont et à suivre les indications qui vous emmèneront directement au site archéologique.

    Prévoyez une bonne petite journée pour faire cela car le site est une vraie ville et demande donc du temps pour être visitée (environ 4 heures) ! Le tarif pour ce site n'est que de 4€ par personne et vous pouvez investir dans la carte du site qui est à 2€ ou bien Télécharger le Plan d'Ostia Antica. Lorsque je suis allée sur ce site, cela faisait à peine 3 mois que j'habitais Rome et pouvoir frôler les traces des romains ou même des empereurs, était pour moi quelque chose de vraiment magique... comme une petite fille qui vient de faire une toute nouvelle découverte... qui vient de découvrir un trésor caché au fond de son jardin ! Non réellement, le fait de voir comment s'organisaient les hommes à cette époque est vraiment très instructive.

    1- Ostia Antica, le site historique
    2- Ostia, la nouvelle ville

     

    Rubrique Carte Mondiale Interactive / Carte Italienne / Rome et le Latium / Ostia antica et Ostia


    votre commentaire
  • Rubrique : Carte Mondiale Interactive / Carte Italienne Rome et le Latium / Sperlonga

     Lorque nous habitons Rome, il est agréable de sortir de la ville pour s'évader un peu et surtout pour se rafraichir pendant les beaux jours de juin. Si jamais vous venez visiter la capitale italienne et ses alentours, cette petite ville est à retenir. Pour ma part, Sperlonga est LA ville italienne par excellence. Il s'agit de l'image visuelle que l'on a des films et que l'on espère retrouver ici en Italie. En effet, lorsque vous imaginez ce pays, vous voyez ces petites villes sur flancs de collines et de falaises, et bien Sperlonga représente tout à fait cela. Située à plus d'une centaine de kilomètres de la ville de Rome, il n'est pas si simple de se rendre à Sperlonga sans voiture, alors si vous voulez visiter cette ville et en profitez pour vous baigner, prenez votre journée entière et surtout préparer votre voyage.

    Sperlonga

    Début de la Via C. Colombo

     Sperlonga

    Piazza Europa

    La ville fut découverte à la fin de l'ère Républicaine, mais il semblerait que la ville de Amiclae, non loin de la côte de Sperlonga était déjà connu des Laconi (peuple du centre de la Sardaigne) et fondée par les Spartiates (ville Grecque du Péloponnèse). Les Romains après cette découverte ont commencé à bâtir de belles résidences pour profiter du paysage (et quel paysage !) et du climat méditerranéen. La villa la plus importante se trouvait être celle dîte  (empereur de 14 à 37) faite par ce dernier mais également par Auguste, dont il reste des vestiges considérables. Elle était longue de plus de 300 pieds le long de la mer. Elle comprenait des habitations, des aires de services, des thermes, des réservoirs d'eau et un quai. Elle détenait également une grotte naturelle où était représentées plusieurs sculptures des aventures d'Ulysse. L'intérieur était décoré par des mosaïques de verre et de marbre. Un glissement de terrain fit choisir à Tibère une nouvelle propriété sur l'île de Capri. Sa mère vivait dans les alentours de la ville, à Fondi donc il est possible que Tibère soit né dans la région et que la villa ait appartenu à sa mère.

    Sperlonga

    Après la chutte de l'empire romain, au VIe siècle les ruines de la villa impériale servirent de refuge à la population. C'est avec ces habitants qu'est né la commune de Sperlonga. Petit à petit les habitants se sont repliés 65 mètres au-dessus du niveau de la mer dans les Monts de San-Magno pour éviter les propagations des maladies mais également les attaques de pirates et ce autour du château. D'après des écrits du "castrum speloncae" datant du Xe siècle, il semblerait que ce château contenaiit une église dédiée à Saint-Pierre. Au XIe siècle, le village était entouré de murs percés de deux portes, celle de "Portella" ou "Porta Carrese" et celle de "Porta Marina". Quelques tours ont mêmes été construites pour prévenir des attaques des Sarasins. Mais malheureusement tout cela ne servit pas à grand chose car en 1534 la ville fut rasée par un certain Frédéric Barberousse. De nouveau en 1622, la ville fut détruite par l'invasion des Turcs. La ville a du se reconstruire et progressivement est devenue un village de pêcheurs connu surtout pour sa précieuse collection de marbre de la Villa de Tibère.

    Quatre tours sont portées à notre connaissance. Une tour de guet appartenant au XVIe siècle dite "Torre Centrale" ou "Torre Maggiore". La tour de "Truglia" édifiée en 1532 sur une des anciennes tours romaines, située sur un promontoire. 

    Elle a été détruite une première fois lors de l'invasion de Barberousse pour être reconstruite en 1611 et de nouveau détruite en 1623. Une nouvelle tour fut donc édifiée pour devenir tout d'abord le centre de la garde financière puis aujourd'hui le siège "de centre d'éducation de l'environnement marin". Elle peut se voir lorsque l'on fait le tour de Sperlonga par le petit sentier qui longe la côte. La "Torre del Nibbio", entendez par là du cerf volant, était incluse dans un château seigneuriale et enfin la "Torre di Capovento" à 3 kilomètres au sud.

    Sperlonga déteint la plus vieille église du pays, celle de Santa Maria de Sperlonga qui date de 1135, malheureusement fermée au public pour restauration. Enfin, un musée montre la connaissance du cycle du mythe d'Ulysse : nous pouvons y trouver plusieurs sortes de statues comme l'aveuglement de Polyphème, le viol de Palladio ou encore l'enlèvement de Ganymède par un aigle. Se trouve également des masques du IIe siècle avant J.C.

    Lorsque j'ai voulu me rendre dans ce village, je n'ai pas vraiment organisé le voyage. Je suis simplement aller sur le site de trenitalia pour connaître les horaires en partance de Roma Termini et en direction de Naples sans me faire plus de soucis... Et oui il s'agissait d'une de mes premières visites et donc je ne savais pas encore comment l'Italie fonctionnait! Pour vous rendre à Sperlonga, vous devez tout d'abord rejoindre la ville de Fondi pour ensuite prendre un bus. Pour arriver à destination il vous faudra bien 1h30 si tout se passe bien! Mais comme on est en Italie, il vaut mieux prévoire 2h00 de route. Arrivé à Fondi-Sperlonga, après 1h10 de trajet, des navettes qui se trouvent à la sortie de la gare vous emmèneront à Sperlonga. Mais c'est là que ça se corse un peu... Moi je pensais qu'il y avait des bus réguliers mais non pas du tout. Donc voici les Horaires Bus Fondi-Sperlonga. Regardez bien les départs des bus et les arrivées des trains pour que tout correspondent! Le trajet en train coûte 6,10€ l'aller puis vous devez acheter des billets pour prendre le bus à 1€. Mais encore une fois si vous voulez faire cette visite en une journée, pensez à prendre le BIRG qui coûte pour cette partie du Lazio 10,50€, mais cela sera toujours moins cher que 2 billets de train et 2 billets de bus (14,20€).

    Lorsque je suis allée visiter cette ville c'était plus pour me balader et me baigner que pour visiter les monuments historiques donc je ne pourrai 

    Sperlonga

    Sperlonga

    Vue depuis le restaurant

    pas pour le moment (car j'ai bien l'intention de retourner là-bas...) vous donner mes impressions. Ce que je peux affirmer est la beauté de la ville. Etant partie en milieu de matinée, je suis arrivée assez tard à Sperlonga. J'ai donc décidé de trouver un restaurant. Le problème est d'en trouver un pas trop cher. Et bien au pif !!!! Un très bon restaurant que je recommande. Propre, agréable avec une très belle vue, serveurs très sympathiques, bon et pas excessif pour dire qu'il se trouve sur la plage ! Il s'agit du Ristorante-Lido-Bar "La Lanterna" : Via C. Colombo, 65 - tel : 0771 5480 83 - mail : info@lalanternasperlonga.it. Allez sur le site, il est bien fait et de très belles photos aucunement mensongères.

    La panse bien remplie, je suis allée gouter l'eau et pour la première fois depuis longtemps, je ne savourais pas la baignade mais plutôt la vue depuis le "large"... un rêve éveillé. Quelques heures plus tard, il 

    fallait tout de même se rendre dans le village... Je suis allée tout droit, pris les escaliers côtiers qui donnent une vue sur les différentes plages et également sur la tour de la Truglia.

    Sperlonga

    Plage et vue de Sperlonga

     Sperlonga

    Via Torre Troglia 

    Après avoir fait un bout de ce sentier côtier, j'ai décidé d'aller un plus à l'intérieur des "terres". Après avoir passé une toute petite place qui surmonte une des grande plage de la ville, nous arrivons petit à petit à l'intérieur du village avec ses toutes petites rues qui serpentent. Si vous faites seulement vous ballader, vous en aurez vite fait le tour. Une heure de ballade est bien suffisante pour voir l'essentiel du village! Ma visite s'est achevée sur la place principale de Sperlonga, la Piazza Europa (cf photo début de l'article). Mais j'avais encore du temps avant l'arrivée du bus qui prend les passagers derrière cette place. Donc je me suis rendue sur place pour l'attendre, au niveau de la Via Municipio. Un petit bar était là, donc bien sûr j'ai préféré attendre en terrasse plutôt que sur le trottoir!! Ne manquez surtout pas le coucher de soleil sur la baie de Sperlonga en profitant du spectacle dans ce bar qui domine la plage. 

    Mais le plus surprenant de la visite allait arrivée... Quelques moteurs vrombissant... tout le monde se retourne et là que voit-on? Plusieurs voitures de collection (Ferrari, Fiat, Porche, Alpha) qui sont de sortie et qui viennent se garer sur la place en question ! Superbe spectacle pour clouer la visite d'une très belle citée.

    Sperlonga

     Sperlonga

    Sperlonga

     Sperlonga

     

    Rubrique Carte Mondiale Interactive / Carte Italienne Rome et le Latium / Frascati


    votre commentaire
  • Rubrique : Carte Mondiale Interactive / Carte Italienne / Rome et le Latium / Cerveteri et Ladispoli

    La ville de Cerveteri se situe à environ 40 km au nord-ouest de la ville de Rome et est très facile d'accès par le train. Avant de commencer à raconter ma journée, j'aimerais faire une petite introduction sur les origines de cette ville, vieille de plus de 2 500 ans! Au XIIIe siècle son nom était Caere Vetus pour la différencier de Caere Novum. Le nom que l'on emploie donc aujourd'hui dérive de cette appellation médiévale qui signifie "vieux Caere". Mais son nom premier était celui employé par les Étrusques eux-mêmes : Kysry, alors important centre commercial entre les VIIe et Ve siècles avant J.C. Non loin de cette ville se trouve la nécropole de cette ancienne population apparue vers 800 avant J.C., celle de Banditaccia, dite également de Cerveteri.

    Si vous voulez visiter la ville et sa nécropole, il vous faudra tout de même une bonne journée, pour pouvoir profiter de toutes ces merveilles. 

    Au départ de Rome, il suffit de se rendre à la station Roma Termini et de prendre le train en direction de Cerveteri. Mais attention car le train ne vous amène pas directement dans la ville de Cerveteri, mais plutôt à Ladispoli... Vous avez plusieurs trains dans la journée mettant tous entre 40 et 50 minutes pour un tarif de 3,20€. Si vous avez besoin de consulter les horaires il vous suffit de vous rendre sur le site de trenitalia. Si vous faites l'aller-retour dans la journée pensez également au BIRG qui ne coûte pour pour cette zone que 4,50€. Une fois arrivé à Ladispoli, il ne vous reste plus qu'à prendre le bus ! Si vous avez acheté le BIRG, aucun billet à racheter, par contre si vous avez seulement pris les billets aller et retour, pensez à acheter des tickets de bus! 

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Piazza Aldo Moro

     

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Château Ruspoli

    Pour cela, sortez de la gare et dirigez-vous à droite. Ensuite prenez la 2e ou 3e à gauche, là où se trouve un arrêt de bus. Normalement c'est ici. Moi j'ai attendu pratiquement 30 minutes pour voir enfin LE bus pour les sites étrusques. Et non, je n'avais pas regardé les horaires de bus avant de partir, ni les arrêts. Mais je pense que cette page pourrait vous aider. Il s'agit des horaires de bus en partance de Ladispoli même pour Cerveteri. Pensez au fait que vous, vous êtes à la gare et non au centre de Ladispoli, donc prenez en compte un retard de 10-15 minutes entre les horaires mentionnés et ceux de passage du bus. Ce bus ne met que quelques minutes pour arriver à Cerveteri, sur la place Aldo Moro. A cet emplacement vous avez un point d'information touristique qui vous donnera des cartes et explications en français. Sur la place, l'envie de visiter un peu cette ville avant de me rendre à la nécropole se fit sentir. Cela est sûrement du au château présent...

    Je me suis donc tout d'abord dirigée vers le château en montant les escaliers de la place. En fin de compte ce château d'origine médiévale n'est plus. Il s'agit maintenant du Musée National Archéologique de la ville consacré aux vestiges des nécropoles étrusques. Ce musée s'est installé dès 1967 dans le château qui appartenait aux princes d'origine florentine Ruspoli. Il se situe sur la "Rocca di Cerveteri" et a probablement été construit au XIIIe siècle car sa caractéristique première est le nombre de tours. Le Musée est ouvert du mardi au dimanche de 8h30 à 19h30. Le billet coûte 6€ mais vous pouvez le cumuler avec la nécropole pour un coût de 8€. Sachez également qu'il est gratuit pour les moins de 18 ans et les plus de 65 ans !

    Une fois au-dessus des escaliers, à l'entrée du Musée nous pouvons voir à notre droite l'église de Santa Maria qui détient une fresque d'Antoniazzo Romano.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Piazza Risorgimiento

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Vue sur les Apennins

    Une fois le tour du château effectué, je suis arrivée sur la petite place de Risorgimiento assez sympathique qui détient une fontaine. Si vous allez à l'autre bout de la place et que vous continuez vous pourrez trouver un point de vue sur la ville neuve de Cerveteri. Pour ma part, cette vue côté ville neuve n'est pas très belle; par contre la vue de droite présente les montagnes au loin. Et voilà la visite est déjà terminée... c'était très rapide! En moins d'une heure le tour est effectué!

    Pour aller à la Nécropole, il suffit de descendre la via Mura Castellane et de prendre à droite, via Dei Sasso, puis de nouveau à droite via Delle Necropoli. La nécropole sera indiquée. De la place Aldo à la nécropole vous avez environ 2 km, ce qui représente environ 25 minutes de marche. 

    Si cela est trop long pour vous, vous pouvez très bien vous y rendre en bus. Celui-ci part toutes les heures. Le tarif pour visiter la nécropole est le même que pour le Musée, soit 6€ pour la nécropole seule et 8€ si vous la jumelée avec le Musée.

    Lorsque vous arrivez au bout de votre chemin, vous allez voir apparaître une grande allée bordée d'arbres. Celle-ci vous amènera directement à la nécropole; mais ce que vous ne savez pas, c'est qu'elle longe en fait l'ancienne nécropole! Ce que vous verrez le long de la route n'a pas encore été complètement fouillé. C'est donc complètement ouvert au public même si l'accès en est sûrement prohibé. Pour vous dire la vérité, j'y suis moi même allée après avoir vu le "site même". Cela ne me suffisait pas... car la partie visitable ne fait "que" 10 hectares et ne contient que pratiquement 400 tumulus... autant dire qu'il faut bien 2-3 heures pour en faire le tour. Mais le site entier fait à lui seul 400 hectares, il s'agit de la plus grande nécropole antique de la méditerranée!

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli 

    Côté du site non visitable

     Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Côté du site non visitable

    Toutes ces nécropoles datent des IXe-IIIe siècles avant Jésus Christ. C'est l'unique témoignage que nous avons de cette civilisation avec les fresques qu'elle nous a laissée. Lorsque vous entrez à l'intérieur, vous avez la sensation étrange que tout a été réfléchi selon un plan urbain. Et bien c'est vraiment ça : vous avez des quartiers tout comme des rues.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Vue sur les Apennins

    Une chose vraiment bien sur ce site archéologique, c'est que dès l'entrée on vous prête une carte descriptive. Cela vous permettra de savoir où aller ! Au cas où ce procédé change, voici un duplicata du plan : Plan Nécropole Cerveteri. Sur le parcours vous pourrez voir différentes tombes qui se distinguent soient par une forme de trous pour accueillir les cendres soient par des fosses pour l'inhumation. De plus, durant cette période étrusque vous aviez également diverses structures : les ronds qui sont les plus connus et que l'on nomme les tumulus fait de tuf; et les carrés appelés les cubes qui se trouvent être un alignement de tombes. Elles sont creusées directement dans de la roche. 

    Lorsque vous visitez un tumulus proprement dit, si vous ne savez pas où vous êtes, vous avez l'impression de rentrer à l'intérieur même d'une maison.

    Ces tumulus sont une représentation de la maison même car composés par un couloir donnant accès aux différentes salles contenant des fenêtres, des sièges comme des lits ainsi que des colonnes. De plus vous pouvez apercevoir des peintures et des fresques, témoignages important pour les historiens car ce sont de vraies sources qui apportent des connaissances remarquables sur la vie d'autrefois, sur la seule civilisation préromaine de l'Italie. Ici, à Cerveteri vous avez les premières tombes monumentales appartenant au VIIe siècle avant J.C. Vous en avez des milliers qui sont organisées et qui diffèrent selon la catégorie sociale de la famille mais également de l'époque.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli 

    Recueil de Cendres

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Tumulus

    Moi qui est fait Ostia Antica auparavant, j'ai tout de même beaucoup appréciée cette visite. Voir ces formes de tombes aussi bien organisée, si vieilles et dans un tel état de conservation est une chose vraiment remarquable ! Vous avez l’étrange sensation de vous balader au sein d'un ancien village préromain mais il n'en est rien. Quand on y songe, c'est assez lugubre car on admire et on se promène pendant des heures au sein d'un cimetière vieux de 2800 ans...

    Pour vous donner plus de détails sur cette nécropole, je vais vous renseigner sur chacune des tombes les plus importantes. Pour ce faire, je vais simplement faire une traduction des explications présentes sur le site.

     

    La Tomba della Capanna : 1er quart du VIIe siècle avt J.C.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Il s'agit d'une des premières sépultures de Cerveteri à structure monumentale qui imite les habitations contemporaines des étrusques. C'est également le plus grand tumulus antique qui a été initialement fait pour une tombe unique et qui a reçu par la suite d'autres tombes. Elle a été creusée directement dans le tuf à la façon d'un édifice urbain. A travers une longue allée que l'on nomme dromos, présentant deux niches latérales, se rejoignent deux salles alignées l'une à l'autre. La première salle détient un toit à double pignon avec travée centrale et des bancs le long des murs. Elle donne accès à la chambre funéraire pavée à l'origine de galets qui servaient de base au lit du défunt. Les matériaux fournis, céramique et vases types italo-géométriques permettent une datation du VIIe siècle avant J.C.

     

    La Tomba dei Doli : seconde moitiée du VIIe siècle

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    La seconde tombe ouverte dans le grand tumulus est celle des Doli, appelé comme cela à cause des grands récipients de denrées présents dans l'équipement. La tombe, avec deux chambres axiales et deux latérales, répète les modèles plus évolués des habitations. La chambre de droite dite Camera degli Alari fut retrouvée intacte au moment de la découverte. Grâce à elle, les archéologues ont pu restituer un des complexes les plus importants et riches de cette époque. Le reste de la vaisselle, en grande partie en provenance de la Grèce, contenait de nombreux chaudrons et bols en bronze ainsi que des brochettes pour la cuisson de la viande, indice de haut rang sociale pour cette époque dont appartenait le défunt.

     

    La Tomba dei Vasi Greci : milieu du VIe siècle avt J.C.

    Elle appartient à un type de chambre tripartite faisant partie des plus fréquentes de la Cerveteri, son site Etrusque et Ladispolinécropole se détachant des schémas d'héritage par la forme et les éléments de la cabane. Le plan est régulier : bref corridor couvert, avec salles latérales qui imitent un environnement dans lequel les murs du fond s'ouvrent sur des chambres funéraires accessibles par des portes médianes qui sont composées d'architraves et de montants différents. Les lits ont des dimensions monumentales. La tombe prend le nom de Vases Grecs car ont été retrouvés à l'intérieur même, plusieurs provenances de vases : Proche-Orient, Egypte et notamment Grèce. 

     

    La Tomba dei Rilievi : seconde moitiée du Ve siècle avt J.C.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Le long escalier donne accès à une tombe en hypogée (c'est-à-dire une tombe souterraine), une des plus importantes et des plus célèbres d’Étrurie appartenant à la famille des Matuna, comme l'atteste le cippe actuellement en place à l'intérieur de la tombe. La chambre avec un toit à pignon soutenu par deux piliers centraux présente une décoration en relief faite de stuc peint sur les parois et sur les faces internes des pilastres. Elle est composée de 13 doubles niches funéraires et d'emplacements pouvant accueillir 34 corps. Au-dessus des niches, court une frise d'armes tandis que le mur du fond et les piliers sont peints d'une série d'objets à usage domestique. Cela constitue une précieuse source d'information pour la connaissance de la vie quotidienne de ce temps. Au centre, sous la niche principale sont représentés des personnages du monde souterrain : Scilla et le chien à trois têtes, et Cerbère.
     
     
    La Tomba della Corniche : seconde moitiée du VIe siècle avt J.C.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Cette tombe appartient à un type de chambre tripartite avec des petites fenêtres entre les portes des murs du fonds. Dans la grande salle transversale, introduite dans un bref corridor avec des chambres latérales, se trouvent deux particularités intéressantes : une corniche adjacente qui court sur les deux-tiers (en hauteur) du mur intérieur et, sur les deux côtés de l'entrée, deux chaises gravées avec repose-pieds et dossiers avec deux éléments circulaires (que l'on peut expliquer par le fait que ce soit des trônes).
     
     
    Via dei Monti Ceriti - Via dei Monti della Tolfa : seconde moitiée du VIe siècle avt J.C.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Ces rues sont le témoignage à l'intérieur même de la nécropole du rangement urbanistique régulier, qui à cette période, comme pour la demeure des vivants, intéresse la demeure des morts. A la disposition plutôt irrégulière des tumulus, s'en substitue une avec une large rue parallèle dont les côtés sont alignés avec une série de tombes ouvertes et complétées par des blocs de tuf (tombes de type "dé").
     
     
     
    Tumulus Maroi
     

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Culmine dans cette zone le tumulus homonyme, entouré de simples tombes carrées. Le tumulus contient trois tombes qui proposent de nouveau la même situation déjà observée pour les autres grands tumulus de la moitié du VIIe siècle avant J.C. : la plus antique est du 3e quart  du VIIe siècle avant J.C. et la troisième du VIe siècle. De particularités intéressantes la seconde a été retrouvée intacte, avec une dizaine de vases dont beaucoup importés  du monde grec et avec un brasero qui conservait encore les restes de carbone et d'offrandes.
     
     
     
    Tumulus Policromo : seconde moitié du VIe siècle

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Ce tumulus est entièrement construit en bloc, disposé en file alternée de tuf et de macco (un calcaire de couleur plus clair) qui donne un effet polychrome. On entre à l'intérieur par un petit corridor à chambres latérales. On arrive ensuite dans une pièce unique contenant deux pilastres centraux pertinents pour une reconstruction de la tombe. Peu de décorations d'origines sont présentes, mais nous pouvons constater que la couleur dominante est le rouge et que la frise court tous le longs des murs.
     
     
     
    Tumulus Mengarelli : seconde moitié du VIe siècle avant J.C.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    La tombe unique à l'intérieur du grand tumulus est restée inachevée, et est constituée d'un long corridor contenant deux salles latérales donnant accès à un vestibule circulaire, à une petite chambre latérale et à deux chambres de fonds axiales. Le plafond de la dernière chambre présente encore des traces de fusain, le "schéma préparatoire" qui allait plus tard servir au maçon à mettre en relief le cadre : la tombe, qui appartient à une phase plus avancée de celle de la Capanna dans le grand tumulus I, constitue un intéressant exemple de grande maison articulée, qui prend la place dans l'architecture du monde des vivants des simples maisons à cabanes des âges précédents.
     
     
    Tumulus du Colonnello : première moitiée du VII siècle avant J.C.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    C'est un des plus grands tumulus de la nécropole, construit au départ pour une seule tombe au début du VIIe siècle. Le tambour excavé du tuf présente une riche décoration moderne. Au delà de la tombe plus ancienne, avec un long corridor et une petite chambre funéraire contenant un toit à double pignon ont été retrouvés trois autres tombes détenant plus de chambres ouvertes sur le vestibule et datant du VIe siècle. Déjà malheureusement saccagées des meubles précieux de l'époque antique, les tombes ont tout de même restituées des fragments de poterie appartenant à des navires (tombe 1, Ier quart du VIIe siècle) et des vases importés du monde grec, mais seulement de Corinthe (tombes 2 et 3, dernier quart  du VIIe - premier quart du VIe).

     
     
    Il n'est donc possible de visiter qu'une dizaine de tumulus sur les centaines présentes sur le site. Bien sûr si vous en avez envie vous pouvez tenter d'entrer dans les autres mais elles sont soient difficiles d'accès soient dans un état de démolition qui ne permet pas avec sécurité d'entrer à l'intérieur. Et comme je vous l'ai dit il vous faudra tout de même 2h30 minimum pour effectuer la visite. Si aujourd'hui nous pouvons visiter le site de Cerveteri, c'est parce que la ville a conclu un marché avec Rome au IVe siècle avant J.C. Après cela la ville a perdu de son importance et a été abandonnée au Moyen-Age.
     

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Le Bar du Site

    Une fois tout cela fait et les heures passées un petit creux se faisait sentir. Je suis donc allée rejoindre le petit bouboui du site pour pouvoir se restaurer. Bon à dire vrai, cela n'était pas de bonne qualité et assez cher (ce qui ne nous surprend pas bien sûr)... alors amener plutôt un casse-croûte et manger sur place, ce sera nettement plus appréciable et meilleur.

    Le site effectué je suis repartie à pied en direction de Cerveteri avec un petit passage interdit dans le site non protégé de Cerveteri... Un bus n'allait pas tarder à arriver au Centre donc il ne fallait tout de même pas traîner. Je l'ai attendu quelques minutes sur les escaliers de la place principale puis suis retournée au point de départ. Il n'était pas si tard que ça et étant donné que nous étions encore durant les périodes estivales j'avais prévu de faire un bain de soleil : direction plage!!!!

     

    Pour rejoindre la plage, j'ai décidé de voir où le bus allait m'amener. Bon je n'ai pas trop attendu non plus de peur de me retrouver je ne sais où! Mais à ma grande surprise je suis descendue à une ou deux stations avant celle qui mène à la plage.

    Les plages sont assez sympathiques malgré la difficulté d'en trouver une publique... et oui vous avez une seule grande plage délimitée en plusieurs plages : publiques ou privées!!! Bon la vue n'est pas exceptionnelle mais après une balade comme celle que nous venons d'effectuer nous avons bien mérité une petite pause. Il s'agit de plage de sable fin comme beaucoup dans le sud de la France. De plus, comme en France, vous avez des petits vendeurs à la sauvette : boissons fraîches, habits, maillots de bain, bijoux ou lunettes de soleil! Après deux heures de repos j'ai repris ma route pour visiter un peu la ville de Ladispoli.

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Plage de Ladispoli

    Cerveteri, son site Etrusque et Ladispoli

    Rien d'exceptionnel, rien à visiter... juste une petite brocante qui dépayse de tout ce que nous avons déjà vu, rien de plus malheureusement mais ce fut une journée très agréable.

    Si vous avez tout de même encore de la force dans vos jambes, vous pouvez pousser jusqu'au château de bord de mer, qui est sur votre droite lorsque vous faite face à la mer et sur la plage. Pour moi c'était trop loin... une bonne 1/2 heure de marche supplémentaire je pense!

     

     


     
    Rubrique : Carte Mondiale Interactive /  Carte Italienne Rome et le Latium / Cerveteri et Ladispoli

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique